Histoires vraies

Le début de l’aventure familiale Camerise du Richelieu S.E.N.C

1 juillet 2020
botte avec plat de camerise

C’est l’histoire d’une famille de quatre, comme on en connait bien d’autres. 

Papa ours, maman ours, et deux bébés, plus si bébé que ça, oursons.

Tout le monde va bien, tout le monde est en santé. On vit notre vie.

Il arrive un moment cependant ou papa ours se pose des questions sur le sens que prends sa vie (ha! ha !)…que voulez-vous, il approche la quarantaine !

Alors papa ours prend les grands moyens pour se déposer et voir ce qui cloche, ou ce qui monte en lui. Comme papa ours ne reste JAMAIS assis bien longtemps, il trouve rapidement une annonce d’une fermette à vendre.

Mais ça s’arrête là. Papa ours prend son temps…

C’est là que maman ours intervient un beau samedi matin et lui dit : « Appelle donc l’agent, on va faire juste une petite visite».

Ok. 

On s’y rend. On voit des tonnes et des tonnes de champs. C’est l’hiver donc pas de verdure. De la neige et du beige à perte de vue. Les oursons identifient immédiatement la machinerie agricole qui repose sur les bords de route. Maman ours elle, se sent retourner en enfance, au temps où elle passait ses étés et quelques semaines d’hiver dans Charlevoix. Elle se sent bien. 

Alors débute la visite de cette fermette.

Maman ours SAIT qu’elle ne veut pas vivre dans cette maison de 1832 pour des raisons que je ne nommerai pas ici, mais elle sait. C’est tout, c’est non négociable. 

MAIS LE TERRAIN… les champs, la plantation de camerises, les arbres, la nature. 

Coup de foudre. Coup de cœur « qui sait ». Qui sait qu’elle veut y bâtir son nid pour sa famille. 

Papa ours lui trouve la maison « correcte » (ça, c’est avant d’en connaitre les détails ! ) et analyse très rationnellement ce qu’il perçoit de ses cinq sens.

Les bébés oursons eux partent à courir dans les champs… maman ours a envie de pleurer de joie. Puis ils font le tour de la maison et déclarent solennellement que ça ne fonctionnera pas. Non. Il y a trop d’araignées et de fils d’araignées. 

Bon. On s’entend là-dessus.

Ce fut là le début d’une grande et profonde réflexion, d’interminables calculs, d’une quantité astronomique de recherches et de rencontres avec les « pro » de l’agricole, et d’une planification de scénarios A-B-C-D et E…..Ce sera le E évidemment qui aura lieu…

Papa et maman ours voguent entre des périodes d’euphorie, de découragement, de grand stress, de remises en question. Mais toujours ce désir ardent de réaliser un rêve. Un rêve qui habitait papa ours depuis trop longtemps, celui d’avoir SA terre. Un rêve qui ma foi, maman ours a adopté en 4 secondes et quart. Les bébés oursons eux….bien ils suivront qu’on se dit. 

Et là, pour vous situer, arrive le 13 mars 2020. Tsé cette date qu’on trouvait drôle et spéciale au début….ouais.

Alors le coronavirus arrive dans nos vies en même temps que ce beau gros projet à déployer. Les choses se bousculent, on ne peut détruire la maison finalement, elle est patrimoniale, il faudra donc la reconstruire de l’intérieur. On décide aussi de mettre en vente notre maison actuelle un an d’avance car on ne sait pas comment sera le marché immobilier dans 1 an. 

My god ! Les enfants doivent changer d’école dès septembre… arghh.

(Je vais lâcher l’histoire des ours ici….vous avez compris que c’était de ma famille qu’il s’agit..)

Mathieu travaille sans relâche pour mettre notre nid actuel en bon état de vente, tout en planifiant les rénovations majeures de notre futur nid, et en travaillant temps plein.

De mon côté, je tente de l’aider du mieux que je peux en faisant l’école à la maison, en travaillant comme « ressource essentielle », et en assumant les tâches du quotidien qu’incombent à une famille, comme tout le monde.

Je ne vous écris pas ça pour nous plaindre… oh que non!  Ce n’est que du positif qui en ressort et nous aurons réussi à concrétiser un rêve, un projet de vie, une entreprise familiale! 

Je vous écris notre histoire ce matin parce que ça me tentait de vous exposer une grande leçon de vie que j’intègre actuellement. Cette leçon est que parfois, réaliser ses rêves demande beaucoup de travail, de persévérance, de confiance, et d’amour. 

Ça inclut évidemment de beaux moments de joie, mais aussi de grands découragements, des irritants, et des frustrations.  Et c’est là que l’amour, le respect, et l’accueil de soi et de l’autre qui partage notre vie prennent tout leur sens.

Aujourd’hui, notre attention est dirigée vers la reconstruction de notre maison à Saint-Antoine-sur-Richelieu. Il n’y a presque plus d’araignées, les enfants sont contents. 

Ils courent dans les champs et apprivoisent tranquillement leur nouvel environnement avec joie, tout en douceur. 

C’est un projet familial qui touche toute notre famille. Nos parents comme nos amis. C’est tellement beau à voir et à vivre, même si présentement, je l’avoue, nous sommes VRAIMENT fatigués.

Mathieu et moi évoluons encore plus ensemble. On crée notre entreprise qui contribuera à nourrir de belles bouches québécoises et leur donnera tout plein de vitamines. 

Ce sera ça Camerise du Richelieu S.E.N.C. Une entreprise québécoise familiale remplie d’amour… et de travail. 

Nous vous tiendrons bien informé des développements de celle-ci en cours de route, nous avons plein d’idées en tête ! Ça va être génial. 

En terminant, je tiens à remercier de tout cœur ceux et celles qui nous offrent leur temps, leurs bras, leur écoute en ces moments très intenses que nous vivons.  Vous faites partie de notre projet, de la grande famille de Camerise du Richelieu S.E.N.C. 

Pssst, vous pouvez aller sur la page Facebook d’Inspiration Invivo pour y voir les photos notre beau projet….

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Line St-Pierre 1 juillet 2020 at 11 h 31 min

    Tu as une grande facilité pour partager tes idées, sentiments et impressions, on peut mieux t’accompagner dans cette aventure!

  • Leave a Reply