Réflexions d'une trentenaire

Quand la Vie continue …

27 janvier 2020

Je me rappelle encore être en route vers l’hôpital pour mettre au monde mon premier garçon. Je regardais les gens dehors et je me disais : 

 » Ben voyons ! Ils ne le savent pas? Comment peuvent-ils aller travailler en cette journée SI importante ?! Comment peuvent-ils vaquer à leurs occupations quotidiennes alors que je vais accoucher? « 

Bon, je sais. C’est à peine égocentrique.

Ce fut une grande leçon d’humilité : 

La vie continue ma belle, sans toi ou avec toi, le monde continue de tourner.

J’avoue que parfois c’est difficile à se le rappeler :

– Quand tu es mère et que tu as l’impression d’être la seule responsable du bien-être de tes enfants… alors partir seule une fin de semaine ? Partir en amoureux en voyage ? (d’accord, c’est assez facile pour moi dans ces cas-là, mais j’en connais pas mal d’autres pour qui ça reste difficile. )

– Prendre une journée de congé au travail pour ton enfant malade, un proche dans le besoin, pour te guérir d’une grippe? Alors là!  OMG: TOUT VA FERMER, S’ÉCROULER, S’EFFONDRER. Je passe la journée à me morfondre.

Mais de plus en plus, ce qui monte en moi c’est plus hard .

C’est que même lorsque notre petit corps ne sera plus de cette terre, la vie va continuer.

C’est dur pour l’ego, mais je trouve ça aussi rassurant. 

Nous ne sommes pas indispensables ni irremplaçables. 

Nos proches vont continuer de vivre, apprendront à vivre, sans nous. Ce sera souffrant et ça prendra du temps, mais un jour ils y arriveront. 

Si vous ne le saviez pas déjà, je travaille dans une maison de soins palliatifs. Une maison où des êtres humains comme vous et moi viennent terminer leurs jours. 

Dernièrement, je ne sais pas quel genre d’idée la Vie avait cette journée-là, mais nous avons perdu 5 patients en 24 heures, dont 3 sur mon quart de travail. Cinq vies terrestres qui se sont terminées. Cinq familles endeuillées. 

Je vous le dis, c’est un monde à part travailler là. 

Bref, tout de même, au risque de me répéter, à la fin de la journée on reprend notre auto et l’on retourne dans l’autre monde. Celui de notre quotidien, avec nos enfants, notre famille, notre chat, notre recette du souper à faire, notre linge sale à laver. 

Et là je me dis. WOAAAH!  C’est fucké (pardon).

Mon mental ne peut l’assimiler. 

Alors avec tout le rationnel dont il est capable, je réalise que ça fait partie de la game. L’expression ça fait partie de la vie prend tout son sens. 

Alors la prochaine fois que vous sentirez tout le poids du monde sur vos épaules, relisez ce texte, et rappelez-vous que la vie est bien autonome, et que les 7.6 milliards autres humains sur cette Terre prendront la relève. 

N’hésitez pas à me partager vos expériences ou réalisations face à ce texte 🙂

Je parie qu’il y en a autour de vous qui ressentent toute la lourdeur du monde en ce moment. 

Merci de m’avoir lue et de partager le texte si le coeur vous en dit !

Marie-Joëlle

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Nathalie 28 janvier 2020 at 6 h 37 min

    C’est à la mort de Nicolas que j’ai réalisé ce fait : la vie continu avec ou sans toi !!!!
    Le projet s’est continué le lendemain comme si de rien n’était et cela n’avait aucun sens pour moi , à quel point nous ne sommes que de passage 😇

    • Reply mariejoelle 28 janvier 2020 at 7 h 27 min

      Ma belle Nathalie tu as tellement raison ❤️ Quel bel exemple 🙏🏻 Merci xx

    Leave a Reply